Dix films dont je ne me lasserais jamais

Je vis actuellement une phase de changements. Fin d’études, recherche d’emploi… J’effectue un plongeon effrayant dans l’avenir. Et quoi de plus rassurant qu’un bon film, doux et familier ? C’est mon remède aux crises d’angoisse et j’ai pensé partager ici ces longs métrages qui me tiennent à cœur. Ceux que je pourrais revoir mille fois sans jamais me lasser…

 

Les Seigneurs de la route

10. Les Seigneurs de la route (Paul Bartel – 1975)

Ce film est, paraît-il, mieux connu sous le titre de La Course à la mort de l’an 2000. Pourtant, mes parents et moi l’avons toujours nommé Les Seigneurs de la route. À mi-chemin entre le nanar et le coup de génie, il m’a toujours fait une grande impression. Il relate une course de voiture hyper violente où les participants doivent tuer un maximum de personnes gratuitement. David Carradine en personnage principal, Stallone dans l’un de ses premiers rôles. Hautement improbable. Je trouve Les Seigneurs de la route incroyablement osé, de mauvais goût, absolument fascinant. Son remake de 2008 ne lui arrive en aucun cas à la cheville.

 

Lire la suite de « Dix films dont je ne me lasserais jamais »

[Tag] 21 questions sur le cinéma

Vous le savez probablement déjà : je cultive pas mal de petites passions. Dont le cinéma. Et comme on me demande souvent quel est mon film préféré, mon acteur ou mon réalisateur préféré, je me suis dit qu’on pouvait lier l’utile à l’agréable avec un petit tag. J’invite d’ailleurs ma copine Anna à répondre à ce questionnaire. Je suis sûre qu’elle va apprécier.

 

1. Le film le plus déprimant que tu aies vu :
Forest Gump. Certes, le message est positif, mais je pleure systématiquement tout au long de ce film. En plus, je me mets à cogiter sur le sens de la vie à chaque fois que je tombe dessus par hasard à la télé. Si vous souhaitez me voir recroquevillée en position fœtale, allongée dans le noir pendant des heures, passez-moi Forest Gump.

Forest gump
Et là, je chiale, PUTAIN !

Lire la suite de « [Tag] 21 questions sur le cinéma »