Trouver un maillot de bain : mon parcours du combattant

Les beaux jours sont là. Et moi, je me traîne toujours un vieux maillot de bain à fleurs tout râpé et cinq fois trop large depuis que j’ai perdu du poids. Dès janvier, j’ai essayé d’en trouver un nouveau. Gros seins et dos fin ont transformé cette quête en véritable parcours du combattant. Je vous raconte.

 

Maillot de bain
Ma vieille guenille

Il est inenvisageable pour moi de porter un maillot deux pièces. D’une part, parce que je n’ai pas le ventre plat. Beaucoup de filles sont dans le même cas et demeurent fabuleuses en bikini. Personnellement, je n’ai pas tellement envie de dévoiler mon ventre. Chacun fait ce qu’il lui plaît. De plus, j’ai deux cicatrices d’appendicite visibles au flanc gauche et sous le nombril. Et je les trouve très moches. Enfin, j’ai des seins lourds et imposants et je n’aime pas trop me promener en soutien-gorge devant la populace. C’est pourquoi je suis partie à la recherche d’un maillot une pièce.

Lire la suite de « Trouver un maillot de bain : mon parcours du combattant »

Blog en pause ! 

Girlyttude est en pause jusqu’au 7 juin inclus. Je viens de terminer mon mémoire de recherches sur les journalistes au cinéma et j’aimerais, de ce fait, pouvoir consacrer du temps au visionnage des films du Rockyrama challenge. De plus, je travaille au développement d’un site internet consacré à la gastronomie et aux sorties à Lyon.

Mais on se retrouve juste après avec grand plaisir, j’ai déjà hâte 😉

Un bracelet type Fitbit vraiment pas cher : je teste le Veryfit

Vous connaissez le Fitbit ? Il s’agit d’un bracelet connecté qui permet, dans sa version la plus avancée, de mesurer votre activité physique, votre masse musculaire et votre temps de sommeil. Comme j’essaye de m’entretenir un minimum, je m’y suis intéressée. Seulement, dépenser plus de 100€ dans un équipement, alors que je ne suis pas une grande sportive, ne m’enchantait guère. Heureusement, j’ai trouvé une alternative sur Aliexpress : le Veryfit.

 

veryfit-fitbit

Comme le Fitbit, le bracelet Veryfit fonctionne en bluetooth, synchronisé avec une application mobile. Il dispose d’une très bonne autonomie (plus de deux jours sans charge) et est équipé d’un podomètre. Moins perfectionné que son célèbre homologue, il calcule simplement notre nombre de pas et traduit ce chiffre en kilomètres, temps d’activité et calories dépensées. Il peut donc se révéler très utile pour les adeptes du running. Personnellement, ce n’est pas mon cas. Il me convient pourtant parfaitement, car je voulais juste avoir un aperçu de mon activité physique en dehors de mes séances de sport et lors de mes longues promenades. De toute façon, il a beaucoup de mal à détecter les activités autres que la course et la marche. Par exemple, ma séance de fitness matinale dure 30 minutes. Or, mon Veryfit n’enregistre que 10 minutes d’activité, bien que j’ai transpiré au moins six litres d’eau.

Lire la suite de « Un bracelet type Fitbit vraiment pas cher : je teste le Veryfit »

Comment je me suis mise au sport

Longtemps, j’ai rêvé du ventre plat et musclé de Shakira… Comme je n’y arrivais pas, j’ai passé de longues années à faire le yo-yo. Un jour mince, l’autre pas. Il m’a fallu du temps pour réaliser que j’étais plutôt bootylicious comme Beyoncé. Mais la Bee, elle s’entraîne depuis toute petite. En témoignent ses muscles saillants et sa taille dessinée. Irréalisable. Alors, j’ai appris à m’entretenir pour maintenir un bon équilibre. Et je peux vous dire que ce n’était pas gagné. Voici mon histoire. (TOUM, TOUM !)

 

sport

J’ai fait le point

D’abord, j’en suis venue à me dire qu’il fallait que je fasse des efforts et que je me mette au sport. Et ce, alors que je n’en avais JAMAIS fait. Rien, nada. Un peu de natation et de danse peut-être, mais il y a fort longtemps. Vie parfaitement sédentaire. J’ai toujours été potelée du genre Sarah Michelle Gellar dans la première saison de Buffy contre les vampires, mais avec des jambes fines et une taille un peu marquée. Du coup, je ne suis jamais parue en surpoids, bien que je l’ai été à de nombreuses reprises. Cependant, je n’ai pas décidé de me sortir les doigts pour des raisons esthétiques. Non. En réalité, j’ai commencé à avoir mal aux genoux et parfois au dos. Rien de grave, mais ceci était dû à la charge de poids que j’imposais à mon corps faiblard, qui n’avait pas la moindre once de muscle pour supporter tout ça.

Lire la suite de « Comment je me suis mise au sport »

Je pars en week-end : l’épreuve de la trousse de toilette

Je suis du genre à m’asseoir sur ma valise pour la fermer avant de partir en voyage. Sauf qu’aujourd’hui, je pars simplement en week-end rejoindre ma famille pour Pâques. Et j’ai plein de petits chocolats fragiles dans mes bagages. Du coup, impossible d’embarquer mes deux trousses de toilette XXL habituelles. Ma mission : tout faire entrer dans mon fidèle, mais néanmoins minuscule, trousseau Hello Kitty.

 

trousse de toilette

 

Le maquillage

maquillage

Je serais tentée de prendre tout mon vanity avec. Mais non, bonne résolution ! Je n’ai pas besoin de tout mon bazar. Et il est imposant, le bazar. Difficile de faire un choix… Côté teint, je vais être obligée de garder mon gros poudrier Guerlain. La poudre libre n’est pas négociable pour moi. Par contre, je vais oublier le contouring pendant quelques jours. Ma palette Sleek et mon Hoola Benefit restent à la maison, tant pis, même si ça me déchire le cœur.  Seconde souffrance : abandonner également mon blush Sweetheart Too Faced. Heureusement, j’ai un mini Justify my love de Too Faced pour sauver les apparences. Plus qu’à prendre mon correcteur Kat Von D et j’aurais mes essentiels sous la main.

Lire la suite de « Je pars en week-end : l’épreuve de la trousse de toilette »

Expectation VS Reality : Quelques idées reçues sur le métier de journaliste

Comme certains le savent sûrement, je termine actuellement mes études de journalisme et je travaille pour le journal Le Progrès à Lyon. Je n’ai donc rien à voir, de près comme de loin, avec Carrie Bradshaw. Au fil de mes expériences, j’ai pu découvrir que certaines choses que l’on s’imagine sur ce métier sont complètement fausses. Je vous en ai compilé quelques unes en image.

Lire la suite de « Expectation VS Reality : Quelques idées reçues sur le métier de journaliste »

[Spécial Japon] ÉNORME dégustation Candy San

Si vous ne connaissez pas Candy San, il s’agit d’un groupe de ressortissants français installé au Japon et spécialisé dans l’import de friandises japonaises. Depuis quelques temps, je rêvais de commander, mais les frais de port en provenance du Japon ne me ravissaient pas des masses. Je ne vous dis pas ma joie, lorsque l’instagrameur Pikatoshiplush et mon collègue journaliste Bastien m’ont proposé une commande à trois. À l’arrivée du colis, on était paré pour une dégustation en bonne et due forme.

 

À notre grande surprise, le colis est arrivé assez vite pour un paquet en provenance d’Asie. En effet, nous n’avons patienté qu’une quinzaine de jours entre le passage de commande et la livraison. Notre panier s’est avéré bien trop lourd pour entrer dans un seul carton. C’est pourquoi nous en avons reçu deux, arrivés en même temps. Nous nous montrons donc très satisfaits sur ce point. Pour ce qui est du prix, forcément, nous avons payé cher : 60 euros au total. Cependant, ce petit voyage gustatif au pays du soleil levant en valait vraiment la chandelle.

 

Côté salé

 

Candy san

Lire la suite de « [Spécial Japon] ÉNORME dégustation Candy San »

Je me suis fait épiler au bar à sourcils Benefit

À l’approche de mon anniversaire, Monsieur Sephora s’est dit que j’étais trop poilue et qu’il fallait absolument y remédier. Du coup, il m’a envoyé un petit bon pour une épilation au bar à sourcils Benefit. Inquiète pour ma pilosité éparse à la Madonna, j’ai longuement hésité. Finalement, j’ai pris rendez-vous dans mon Sephora et j’ai accepté cette séance de torture. Je vous raconte ?

 

Sourcils Cicciolina
Et forza Italia, ta mère !

Première chose à savoir : je suis une malade du sourcil. J’ai deux touffes hirsutes et indomptables au-dessus des yeux. Au point qu’au collège, on m’a surnommée Cicciolina, après le visionnage d’un documentaire sur la pop culture italienne en cours de latin. Pas pour le côté belle blonde plantureuse, mais pour le côté sourcils de l’espace. Mes camarades n’auraient pas pu viser plus juste, puisque j’ai hérité de la sublime pilosité méditerranéenne de mon père. Il aurait pu me léguer son incroyable faculté à avaler n’importe quoi à n’importe quelle heure sans prendre un gramme, MAIS NON. Il a préféré me donner les sourcils de Scorsese. Franchement papa, je ne te remercie pas. (Même si je t’aime quand même.)

Lire la suite de « Je me suis fait épiler au bar à sourcils Benefit »

Un web document sur le harcèlement scolaire… Du point de vue des coupables

En France, le harcèlement scolaire touche environ 10% des collégiens. Ce chiffre suppose qu’il existe autant, sinon plus, de harceleurs. Seulement, on ne parle que très peu des coupables. Pourtant, leur témoignage peut aider à comprendre les causes de ce fléau, afin d’agir de manière optimale contre ces comportements.

 

Au travers de Bourreaux d’école, j’ai donné la parole aux coupables. Aux petits durs, aux rigolos, aux élèves populaires qui un jour, ont accablé un ou plusieurs de leurs camarades. Quitte à faire de leur vie un cauchemar. Humiliations, coups et injures : ils m’ont tout raconté. Bizarrement, aucun ne m’a paru particulièrement monstrueux, malgré la violence des situations décrites. Pourquoi ? Parce qu’ils étaient de simples ados, inconscients des conséquences de leurs actes. Si inconscients, qu’ils ne pensaient pas à mal. D’où l’importance de mettre en place des actions de prévention. Mieux, de développer des solutions alternatives aux simples punitions, avant que la situation ne s’envenime. Ces solutions m’ont été présentées par des responsables de Marion la main tendue, une association, et Chagrin Scolaire, un groupement de psychopracticiens.

 

Lire la suite de « Un web document sur le harcèlement scolaire… Du point de vue des coupables »

Ces 3 « trucs de mecs » auxquels je m’adonne sans complexe

Bien sûr, ces « trucs de mecs » n’en sont pas. Rien n’indique que ces activités sont scrupuleusement réservées aux porteurs du costume trois pièces. Il n’empêche que, pour certains, elles relèvent plus des centres d’intérêts masculins que féminins. Pourtant, on peut très bien tenir un blog beauté et aimer quelques trucs « de bonhomme ». La preuve.

 

Films d'horreur

Mater des films d’horreur

Certes, depuis Scream, on sait que les filles adorent frissonner devant un bon petit film d’épouvante. Seulement, dans beaucoup de séries et de films, les femmes – souvent des adolescentes – ne s’adonnent à cette pratique qu’occasionnellement, toutes frisonnantes contre l’épaule de leur prétendant. Dieu merci, les choses bougent, et des personnages comme Audrey dans la série Scream (décidément) commencent à émerger. Dans la vraie vie, des nanas super cool comme Jack Parker ont fait de leur passion pour le genre horrifique un véritable métier.

Lire la suite de « Ces 3 « trucs de mecs » auxquels je m’adonne sans complexe »