Ces 4 séries phénomènes dont je me contrefous

Il existe forcément des séries qui vous indiffèrent complètement. Celles-là même que tout le monde adule, mais dont vous ne comprenez pas l’attrait. Personnellement, quatre m’agacent particulièrement. Et je ne pigerais jamais l’engouement pour…

 

Orange is the new black

Orange is the new black

Une histoire de meufs en prison… Déjà, je m’en tamponne le coquillard, mais en plus, je n’ai pas trouvé le visionnage des deux premiers épisodes hyper agréable. Ce qui était censé être drôle ne m’a pas fait rire et ce qui était censé m’émouvoir ne m’a pas touchée outre mesure. Et le plus horrible, c’est que lorsque j’émets cette opinion, mon interlocuteur commence à s’étouffer dans sa propre rage. « Boueurf, mais c’est pas possible ! Comment tu fais ? Tu comprends rien ou quoi ? Tu veux que je te fouette avec une botte de poireaux ?! ENFANT DE SATAN ! » Je reconnais cependant qu’Orange is the new black jouit d’une excellente écriture et que les actrices se révèlent particulièrement charismatiques. Mais rien à faire, je n’adhère pas.

Shameless

Je préfère… Shameless US ! Certes, l’intrigue ne prend pas place en prison, sauf dans une petite partie de la saison 4, mais on reste dans le registre du drame sociétal à tendance humoristique, plus ou moins basé sur une histoire vraie. J’ai un petit peu décroché sur les dernières saisons, mais Shameless US contient tous les ingrédients qui, à mon sens, manquent à Orange is the new black. Des personnages complexes, moins caricaturaux, un humour très noir et un fatalisme grinçant.

 

13 Reasons why

13 reasons why

Et oui, le phénomène de la rentrée m’est complètement passé au-dessus de la jambe. Si j’ai trouvé les acteurs, ma foi, sympathiques, j’ai trouvé la réalisation lente et d’un ennui abyssal. Pompée à 70% sur Twin Peaks, 13 reasons why tente vainement d’égaler sa grande sœur à coups de musique lancinante et de plans fixes sur des paysages pour paraître artistique. On y retrouve également un enchevêtrement de sous-intrigues inintéressantes, dont la plupart ne font absolument pas avancer le récit. J’ai bien l’impression que les réalisateurs peinent à combler les 60 minutes d’épisode. Pourtant, je trouve l’idée de laisser une jeune fille expliquer son suicide au travers de cassettes audio excellente, brillante même. Sauf que, désolée, le personnage me paraît imbuvable au possible. De même pour son pote qui écoute les cassettes. Insupportable. Dans ce contexte, difficile de s’intéresser à leurs petites existences.

My mad fat diary

Je préfère… My mad fat diary. Basée sur le journal intime d’une ancienne adolescente dépressive, la série raconte comment l’auteure est parvenue à se reconstruire après une tentative de suicide. Bien que la série soit vendue comme une comédie, les séjours à l’hôpital psychiatrique, les crises de boulimie, le harcèlement scolaire… Tout nous oppresse et l’on parvient à ressentir la souffrance du personnage. Alors oui, c’est une comédie. Mais une comédie qui sonne beaucoup plus juste que la très fade 13 reasons why.

 

Game of thrones

Game of thrones

Honnêtement, je n’ai pas grand chose à dire sur Game of thrones. Je n’ai jamais vu aucun épisode et je ne peux vraisemblablement pas juger si cette série est bonne ou mauvaise. Le fait est que je m’en bats les ovaires d’une force si puissante qu’elle ferait osciller le bureau de Vladimir Poutine. Du côté de l’heroic fantasy, j’en suis restée au cycle des elfes de Fetjaine et aux légendes de la table ronde. Ne me parlez même pas du Seigneur des anneaux, j’ai fait l’impasse sur le bouquin et je n’ai absolument aucun souvenir du film de Peter Jackson. Je n’ai même jamais accroché à Kaamelott. C’est dire à quel point le genre m’indiffère. Vous n’imaginez pas combien je me sens blasée lorsque je vois mon fil Twitter pollué par Game of thrones. Et les « NAN ?! T’aimes pas GOT ?!!! », c’est lourd. Franchement très lourd.

Buffy

Je préfère… Buffy contre les vampires. Aucun point de comparaison, je sais que les deux séries n’ont rien en commun. Seulement, Buffy reflète particulièrement bien mes goûts. Aux rois et reines en costume, je préfère la super-héroïne. Aux combats d’épée, je préfère les fights d’arts martiaux badass. Aux dragons, je préfère le charme romantique des vampires. Et le petit côté science-fiction de la série ne gâche pas mon plaisir.

 

The walking dead

The Walking dead

Alors là, je présente d’avance toutes mes excuses aux fans. Si j’ai trouvé des qualités à Orange is the new black et 13 reasons why, je n’en décèle aucune chez The walking dead. La première fois que j’ai vu la série, je me suis posée devant et au bout d’un quart d’heure, je me suis exclamée : « Mais, mais, mais… C’est si nul que ça ce truc ?! » Jeux d’acteurs morts à l’intérieur, décors cheaps au possible, lenteur du scénario… Absolument rien ne m’a plu. J’imagine que le public s’intéresse plus particulièrement à la course pour la survie. Ben là, un peu comme pour Game of thrones, je ne raffole pas particulièrement des zombies. Pourtant, en bonne amatrice de films d’horreur, je devrais bondir de joie devant une telle série. Mais ce n’est pas le cas. Les héros de The Walking dead m’indiffèrent. Qu’ils vivent ou qu’ils meurent, je m’en cogne totalement.

Ash VS Evil dead

Je préfère… Ash VS Evil Dead. Déjà parce que ce ne sont pas des zombies, mais des deadites. Ils sont bien plus nuisibles car on ne peut pas les tuer. Du moins, pour certains. Ils peuvent aussi posséder nos esprits à distance, créer une réalité parallèle pour nous désorienter, jeter des maléfices, supprimer toutes les issues de la meilleure cachette du monde… Mais, FUCK THAT FUCKING SHIT de zombies ! On veut des deadites ! Puis, la série n’a pas négligé la grande part d’humour bas de plafond déjà présente dans les films Evil Dead. Ce qui rend le show particulièrement jouissif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s