4 faux pas beauté que je commets au quotidien

À ce qu’il paraît, les bloggueuses beauté sont parfaites. Toujours tirées à quatre épingles avec une coiffure impeccable. Je ne doute pas que certaines de mes semblables ressemblent à cette description. Malheureusement, ce n’est pas mon cas. Parmi mes pires habitudes qui ruinent tout mon sex-appeal, j’ose vous en révéler quatre.

 

Queue de cheval
Mon chien lorsque je lui impose la vision de ma queue de cheval

La queue de cheval immonde

En cas de bad hair day, je ne réfléchis pas très longtemps. Je fais une queue de cheval. POINT. Et je suis souvent en bad hair day. Avec mes cheveux hyper fins, blonds cramoisis et super secs, je me retrouve en galère au moins un jour sur deux. Je ne trouve jamais de meilleure solution que la queue de cheval. Super mauvaise idée. Les cheveux tirés en arrière ne me vont pas, mais alors pas du tout. J’ai un large front et des yeux plus grands que ceux de Sailor Moon, alors autant vous dire que coiffée ainsi, j’ai l’air d’avoir inhalé une forte dose d’hélium. En plus, une grande mèche de mes cheveux a brûlé l’an dernier dans un tragique accident de cigarette. De ce fait, j’ai des tas de petites repousses folles à l’avant du crâne. Mais pourquoi diable je continue à me coiffer comme ça ? Parce que la flemme. Je dois avoir un sérieux problème.

 

eyeliner
Même Nicolas Cage est plus doué que moi

Le trait d’eyeliner approximatif

Réveil matinal habituel chez Lily : 06h30. Ça va, je suis large, je peux dormir encore une demi-heure. 07h30. MERDE ! Je dois partir dans un quart d’heure. J’avale donc vite fait un truc qui traîne dans le frigo et je file dans la salle de bains. Lavage rapide. Mes cheveux, c’est n’importe quoi. Queue de cheval immonde. Maquillage. Plus que trois minutes. Je saute l’étape teint et je me rue sur l’eyeliner. Et là, c’est le drame. Dans la précipitation, je fais toujours un pâté dégueulasse. Et comme je n’ai pas le temps de m’amuser à sauver les meubles avec un coton-tige imbibé de démaquillant, je repasse. Oui, je repasse dessus jusqu’à ce que le tracé soit à peu près régulier. Et ça donne un gros trait bien épais, comme si je m’étais amusée avec un marqueur indélébile. Je ressemble, au choix, à un panda ou à une cagole blonde niçoise. Bon ben tant pis, on va dire que c’est un style.

 

ongles
Je peux pas attendre. J’EN AI BESOIN

Les ongles en jachère

Non seulement, je prends rarement le temps de me faire les ongles mais, en plus, j’oublie complètement de les couper. À l’heure où je vous écris, ceux de ma main droite pourraient se confondre avec les griffes de Wolverine. Et du côté gauche, c’est la foire aux monstres : un long, un court, un long, un cassé à ras… Je les observe tous les jours en me disant : « Il faut vraiment que je m’en occupe. » Mais je ne le fais pas. Pourquoi ? LA FLEMME. Il en va de même pour le vernis. En plus, je n’ai aucune patience. Attendre que ça sèche, non merci. Après avoir passé trois quart d’heure à réaliser un nail art de folie et bien, j’ai soudainement envie d’ouvrir une canette de Seven up ou de manger des Curly. En toute mauvaise foi, je pense être victime d’une malédiction. Ça ne m’empêche pas de posséder une imposante collection de vernis. Pour quoi faire ? Bonne question.

 

épilation
Ma chatte. Une allégorie.

La foufoune poilue

Je fais toujours le tour et je laisse s’exprimer les herbes folles. Parce que j’ai la flemme, encore une fois. D’autre part, je refuse d’y passer l’épilateur et hors de question d’y appliquer de la cire. Dernière alternative : le rasoir. Or, j’ai tout simplement horreur du picotement de la repousse. Puis, c’est aussi agréable à toucher que ma râpe à fromage Ikea. Si jamais je croisais Ryan Gosling en soirée et qu’il était subitement atteint d’une irrépressible envie de me lécher la cramouille, je n’aimerais pas que ses lèvres soient douloureusement irritées dans le feu de l’action. En même temps, je pense qu’il n’apprécierait pas non plus de se retrouver avec des poils de foufoune hirsute coincés entre les dents.  Mais bon, il paraît que Ryan et moi ne fréquentons pas du tout les mêmes soirées. Alors, à quoi bon s’épiler le minou ?

 

 

Bon ben, je vous laisse. J’ai une manucure à faire 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s