Je me suis fait épiler au bar à sourcils Benefit

À l’approche de mon anniversaire, Monsieur Sephora s’est dit que j’étais trop poilue et qu’il fallait absolument y remédier. Du coup, il m’a envoyé un petit bon pour une épilation au bar à sourcils Benefit. Inquiète pour ma pilosité éparse à la Madonna, j’ai longuement hésité. Finalement, j’ai pris rendez-vous dans mon Sephora et j’ai accepté cette séance de torture. Je vous raconte ?

 

Sourcils Cicciolina
Et forza Italia, ta mère !

Première chose à savoir : je suis une malade du sourcil. J’ai deux touffes hirsutes et indomptables au-dessus des yeux. Au point qu’au collège, on m’a surnommée Cicciolina, après le visionnage d’un documentaire sur la pop culture italienne en cours de latin. Pas pour le côté belle blonde plantureuse, mais pour le côté sourcils de l’espace. Mes camarades n’auraient pas pu viser plus juste, puisque j’ai hérité de la sublime pilosité méditerranéenne de mon père. Il aurait pu me léguer son incroyable faculté à avaler n’importe quoi à n’importe quelle heure sans prendre un gramme, MAIS NON. Il a préféré me donner les sourcils de Scorsese. Franchement papa, je ne te remercie pas. (Même si je t’aime quand même.)

Lire la suite de « Je me suis fait épiler au bar à sourcils Benefit »

Un web document sur le harcèlement scolaire… Du point de vue des coupables

En France, le harcèlement scolaire touche environ 10% des collégiens. Ce chiffre suppose qu’il existe autant, sinon plus, de harceleurs. Seulement, on ne parle que très peu des coupables. Pourtant, leur témoignage peut aider à comprendre les causes de ce fléau, afin d’agir de manière optimale contre ces comportements.

 

Au travers de Bourreaux d’école, j’ai donné la parole aux coupables. Aux petits durs, aux rigolos, aux élèves populaires qui un jour, ont accablé un ou plusieurs de leurs camarades. Quitte à faire de leur vie un cauchemar. Humiliations, coups et injures : ils m’ont tout raconté. Bizarrement, aucun ne m’a paru particulièrement monstrueux, malgré la violence des situations décrites. Pourquoi ? Parce qu’ils étaient de simples ados, inconscients des conséquences de leurs actes. Si inconscients, qu’ils ne pensaient pas à mal. D’où l’importance de mettre en place des actions de prévention. Mieux, de développer des solutions alternatives aux simples punitions, avant que la situation ne s’envenime. Ces solutions m’ont été présentées par des responsables de Marion la main tendue, une association, et Chagrin Scolaire, un groupement de psychopracticiens.

 

Lire la suite de « Un web document sur le harcèlement scolaire… Du point de vue des coupables »

Le masque pour les lèvres à la rose de Sephora et mon honnête avis

Avec l’arrivée des cosmétiques asiatiques chez Monoprix et Sephora, la mode est aux masques. Des masques tissus, on s’en fout partout : sur le visage, les cernes, les pieds, les mains… Et les lèvres. Mes amis Bastien et Dylan m’avaient offert l’une de ces curiosités pour Noël. Ces derniers temps, ma bouche s’est révélée super sèche. L’occasion de tester la bête.

 

Masque Sephora Lèvres rose

Première impression : le packaging est charmant. Bien moins simpliste que les précédents masques Sephora, suremballés dans une pochette en carton, puis un second contenant en plastique. Je l’avais déjà souligné précédemment, mais les packagings de la marque tendent vraiment à s’améliorer avec le temps. En témoignent les jolies couleurs de la collection Mix & play Colorful skincare. Pour en revenir au masque pour les lèvres, je n’ai rien de particulier à reprocher à son contenant. Seul défaut : si  le masque à l’intérieur tombe en bas du packaging, on risque de le déchirer à l’ouverture.

Lire la suite de « Le masque pour les lèvres à la rose de Sephora et mon honnête avis »

Ces 3 « trucs de mecs » auxquels je m’adonne sans complexe

Bien sûr, ces « trucs de mecs » n’en sont pas. Rien n’indique que ces activités sont scrupuleusement réservées aux porteurs du costume trois pièces. Il n’empêche que, pour certains, elles relèvent plus des centres d’intérêts masculins que féminins. Pourtant, on peut très bien tenir un blog beauté et aimer quelques trucs « de bonhomme ». La preuve.

 

Films d'horreur

Mater des films d’horreur

Certes, depuis Scream, on sait que les filles adorent frissonner devant un bon petit film d’épouvante. Seulement, dans beaucoup de séries et de films, les femmes – souvent des adolescentes – ne s’adonnent à cette pratique qu’occasionnellement, toutes frisonnantes contre l’épaule de leur prétendant. Dieu merci, les choses bougent, et des personnages comme Audrey dans la série Scream (décidément) commencent à émerger. Dans la vraie vie, des nanas super cool comme Jack Parker ont fait de leur passion pour le genre horrifique un véritable métier.

Lire la suite de « Ces 3 « trucs de mecs » auxquels je m’adonne sans complexe »

J’ai testé… Les soins pour le corps made in France de Baïja

Chez Sephora, la sortie en grande pompe des produits français Baïja est passée plutôt inaperçue. Et pour cause : le raz-de-marée Kat Von D était passé par là. Pourtant, ces cosmétiques aux parfums exotiques méritent de faire un peu de bruit. Personnellement, je suis tombée par hasard sur un gommage et une crème pour le corps. Je vous livre mon avis.

 

Gommage nuit à pondichery Baïja

Gommage pour le corps Nuit à Pondichery

Premier fruit du hasard. Pour compléter une commande sur le site de Sephora, je me suis dit « Tiens, je n’ai presque plus d’exfoliant » et je suis tombée sur la gamme Nuit à Pondichery de  Baïja. À réception, quelle surprise ! Je m’attendais à ce que l’odeur de la fleur de lotus prenne le pas sur celle du gingembre. J’avais tort, c’est bel et bien l’odeur ultra épicée du gingembre qui l’emporte. Et j’adore ce parfum. Je sais qu’il est particulier et qu’il ne plaira pas à tout le monde. Mais pour qui n’aime pas les fragrances fleuries, comme moi, il constitue un véritable délice pour les narines.

Lire la suite de « J’ai testé… Les soins pour le corps made in France de Baïja »

La base paupières Shadow Insurance de Too Faced : mon nouvel indispensable

Après avoir utilisé la Primer potion d’Urban Decay pendant plusieurs années, j’ai eu envie de changement et je me suis tournée vers la Shadow Insurance de Too Faced. Et force m’est de constater que je ne rachèterais plus sa concurrente. Pourquoi ?

 

Urban Decay Primer PotionEn premier lieu, le packaging de la Shadow Insurance se révèle beaucoup plus pratique que celui de la Primer Potion. Il est, certes moins joli, mais la prise en main prévaut selon moi. La base paupière d’Urban Decay est équipée d’un applicateur semblable à celui d’un correcteur. Pas très pratique pour puiser au fond du tube. Chez Too Faced, nous disposons d’une pointe stylo, d’où s’échappe le produit lorsque l’on appuie dessus, comme sur les anciennes versions de la Primer Potion. Sauf que ces anciennes versions laissaient s’échapper beaucoup trop de matière à mon goût. C’est pourquoi j’ai eu un peu peur en voyant l’embout de la Shadow Insurance. En réalité, il n’y avait pas de quoi, car une petite pression suffit pour obtenir la mini noisette nécessaire pour couvrir une paupière.

Lire la suite de « La base paupières Shadow Insurance de Too Faced : mon nouvel indispensable »

Pourquoi il faut absolument aller voir Les figures de l’ombre au cinéma

Les figures de l’ombre sort aujourd’hui au cinéma. J’ai eu l’occasion d’aller le voir en avant-première et j’ai adoré ce film sur les premières femmes noires à faire une brillante carrière au sein de la Nasa. En quelques points, je vous explique pourquoi il ne faut pas le rater.

 

En 1961, la ségrégation est encore appliquée dans de nombreux états d’Amérique. Et certaines cumulent les tares : en plus d’être noires, elles ont l’audace d’être nées femmes. Katherine Goble, Mary Jackson et Dorothy Vaughan font partie de cette fâcheuse statistique. Le racisme et le sexisme hantent leurs existences, mais ne les ont pas empêchées d’être brillantes. Les trois demoiselles ont toutes un talent inné pour les sciences et ont toutes obtenu de prestigieux diplômes. Si bien qu’elles sont parvenues à être embauchées en tant que « calculatrices » au siège de la Nasa, en Virginie. Malheureusement, le job n’est pas à la hauteur de leur excellence. Katherine est une surdouée en mathématiques, Mary une aspirante ingénieure née, et Dorothy une passionnée de technologie remarquablement débrouillarde. La course à l’espace, dans un contexte de guerre froide, fait rage. Elle va leur permettre de s’émanciper et de confirmer leurs talents. Et le film qui retrace cette histoire vraie est une superbe réussite. Pourquoi ?

Lire la suite de « Pourquoi il faut absolument aller voir Les figures de l’ombre au cinéma »

4 faux pas beauté que je commets au quotidien

À ce qu’il paraît, les bloggueuses beauté sont parfaites. Toujours tirées à quatre épingles avec une coiffure impeccable. Je ne doute pas que certaines de mes semblables ressemblent à cette description. Malheureusement, ce n’est pas mon cas. Parmi mes pires habitudes qui ruinent tout mon sex-appeal, j’ose vous en révéler quatre.

 

Queue de cheval
Mon chien lorsque je lui impose la vision de ma queue de cheval

La queue de cheval immonde

En cas de bad hair day, je ne réfléchis pas très longtemps. Je fais une queue de cheval. POINT. Et je suis souvent en bad hair day. Avec mes cheveux hyper fins, blonds cramoisis et super secs, je me retrouve en galère au moins un jour sur deux. Je ne trouve jamais de meilleure solution que la queue de cheval. Super mauvaise idée. Les cheveux tirés en arrière ne me vont pas, mais alors pas du tout. J’ai un large front et des yeux plus grands que ceux de Sailor Moon, alors autant vous dire que coiffée ainsi, j’ai l’air d’avoir inhalé une forte dose d’hélium. En plus, une grande mèche de mes cheveux a brûlé l’an dernier dans un tragique accident de cigarette. De ce fait, j’ai des tas de petites repousses folles à l’avant du crâne. Mais pourquoi diable je continue à me coiffer comme ça ? Parce que la flemme. Je dois avoir un sérieux problème.

Lire la suite de « 4 faux pas beauté que je commets au quotidien »

Mon modeste avis sur l’ouragan Kat Von D

Folie furieuse chez les beauty addicts françaises. La gamme de maquillage de la célèbre tatoueuse Kat von D est enfin disponible chez Sephora depuis le 28 janvier. J’ai été contaminée par l’hystérie collective et j’ai craqué pour les produits les plus populaires : le rouge à lèvres Everlasting liquid et le correcteur Lock it Concealer.

 

Kat von D

Première bonne surprise : la marque de Kat Von D s’avère abordable et ses packagings loin d’être cheaps. Jusque là, seul Urban Decay réussissait cette prouesse. Toutefois, il me tient de rappeler que Kat Von D produit du semi-luxe. La gamme n’a rien à voir avec celles des magasins low-cost comme Adopt ou Kiko. Comptez donc environ 20 euros pour un rouge à lèvres. Pas donné, mais plus à portée de bourse qu’un Dior Addict. Et les packagings valent leurs prix, contrairement à la collection make-up La petite robe noire de Guerlain, par exemple. Les produits pèsent lourds et les flacons sont joliment décorés dans un esprit tattoo, cher à leur créatrice. Personnellement, je n’aime pas trop l’écriture gothique qui me paraît un peu « too much », mais bon si ce n’est que ça, je ne vais pas me plaindre…

Lire la suite de « Mon modeste avis sur l’ouragan Kat Von D »