Le jour où j’ai découvert que je n’étais plus une ado

À presque 25 ans, il était temps, me direz-vous. Pourtant, j’ai encore du mal à me considérer comme une adulte. Il a fallu que je percute de plein de fouet une bande de jeunes filles en fleur sur Twitter pour me rendre compte que je n’avais plus 17 ans.

 

Lundi 13 juin, rédaction Web d’Euronews.
2 PM

Je suis fatiguée, j’ai faim et je n’ai pas envie de rendre ce maudit article sur le Salon de l’armement à Paris. On risquerait de m’en donner plus à faire. Discretos, je zone sur Twitter. #Onesttousmanon en TT France.

Putaiiin, mais c’est qui Manon ? Peut-être une victime française des attentats d’Orlando ? Et là, la personne mature que je suis devenue m’explose une première fois à la figure. Le scoop. Si mon intuition est fondée, je tiens le scoop. L’info n’est encore tombée nulle part. Je suis chez Euronews et je l’ai, je l’ai, JE L’AI. Jamais Morbid Kitty, mon moi de 15 ans au liner jusqu’aux cernes et au rouge qui déborde, n’aurait réagi de la sorte. Kit aurait vite satisfait sa curiosité malsaine et pourrit un peu la timeline, avant de retourner à son crush du moment.

Bref, je clique sur le hashtag en question. Mon enthousiasme retombe comme un soufflé. Manon n’a jamais mis les pieds à Orlando. Pire. Je ne comprends rien aux tweets prépubères qui déferlent sur mon écran. « Harmopute », « askip, c’est une fake », « elle nous a mis une disquette », « elle demandait des nudes »… Whaaat ? C’est quoi les bails ? Me dis-je en langage châtié de vieille jeune. Qu’essayent-ils de nous dire ?

wt5gwwzfabylq

Je ne m’explique pas cette incompréhension. Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à décrypter ces codes ? Après tout, ces twittos doivent avoir entre 15 et 17 ans, soit à peine cinq ans de moins que moi. Quand soudain, je me rends compte. En réalité, j’ai DIX ANS de plus qu’eux. Dieu, comment est-ce possible ? Aurais-je raté un épisode ? Comment ai-je vieilli aussi vite ?

 

Lundi 13 juin, rédaction Web d’Euronews.
4 PM

Bon. Askip signifie « à ce qu’il paraît ». Mettre une disquette, « berner », et un « nude » correspond à un selfie pris dans le plus simple appareil. Mais c’est quoi une « Harmopute », bordel ? Je respire et je cherche. Alors, en fait, « Harmoputes », c’est le nom d’un « squad » Twitter, soit un regroupement virtuel de personnes, ici en l’occurrence de fans du groupe Fifth Harmony.

Le « pute » dans leur nom de code ne m’alarme pas. J’ai moi-même été une fière membre écervelée du « gang des putes ». La provoc ado facile reste intergénérationnelle. Non, ce qui m’inquiète le plus, c’est de ne pas connaître les Fifth Harmony. Depuis quand ai-je cessé d’être informée de la dernière soupe R’n’B à la mode ? Bon, j’ai toujours été plutôt Miossec et Nirvana, mais avant, j’identifiais très bien l’ennemi. À savoir le fan de Tokio Hotel ou des Jonas Brothers.

mam0lp9wsqwdk

Je pense à ce proche qui, à bientôt 40 ans, s’imagine que Will Smith passe encore sur MTV. Et même pire. Que les gosses regardent toujours MTV. Je ne l’ai jamais contredis pour ne pas lui faire prendre de coup de vieux trop brutal. Au final, c’est moi qui le prends. Je suis comme lui, putain ! L’angoisse.

J’ai tout de même réussi à élucider le mystère. La prétendue Manon appartenait aux Harmoputes jusqu’à ce que d’autres membres découvrent qu’en réalité, elle ne s’appelait pas Manon et ne ressemblait pas à sa photo de profil. D’où un lynchage public en règle sur Twitter. Moi, la vieille, je me surprend à penser que j’ai eu la chance de n’avoir connu que les balbutiements des réseaux sociaux lorsque j’étais lycéenne. Qui sait quelles horreurs j’aurais pu commettre/connaître par ce biais, s’il avait toujours fait partie de mon quotidien ?

eplw7gewtlzw4

 

Lundi 14 juin, au fond de mon lit.
11 PM

Toute cette histoire me travaille. Il existe donc deux Twitter. Celui des adultes, avec tout son flot d’informations sérieuses et de logiques promotionnelles, et celui des ados, plein de fanbases et de codes propres à une moyenne d’âge. A laquelle je n’appartiens plus. J’ai toujours été considérée comme une jeune fille « mature ». Toutefois, on ne peut pas dire que dans ma tête, ce soit effectivement le cas.

Dans mon appart’, j’ai des posters de rock stars aux murs et j’accumule les peluches. Je dors toujours avec mon doudou et je n’arrive pas à obtenir le permis de conduire, pour la simple et bonne raison que j’ai l’impression qu’il s’agit d’un truc d’adulte. Or, truc d’adulte = dépenses, papiers, assurances, préoccupations, ulcère. Quand j’entre dans le véhicule, je me dis que si j’obtiens ce fameux papier rose, il m’attirera plus d’ennuis que d’avantages. Des ennuis qu’en tant qu’ado légèrement attardée, je ne serais pas en mesure d’assumer. Ce doit être pour ça que j’ai choisi un métier où l’on parle des choses, sans faire les choses. Le journalisme, quelle bonne planque !

tumblr_m0ms32wzxr1qkx3d4o3_250

Bref. En réalité, je suis désormais plus proche de la trentaine que de la vingtaine. Techniquement, on peut prendre de l’âge, mais pas en perdre. (Merci captain obvious !) Est-ce que j’ai envie de revenir en arrière pour autant ? Non. J’apprécie le fait de vivre seule, de pouvoir aller où je veux, quand je veux, de rentrer à pas d’heure, de fumer des clopes, de boire des shots et d’aménager mon espace comme bon me semble. Certes, je ne vois que les côtés funs. Peut-être qu’un jour, je serais prête pour le reste. Croisons les doigts.

tumblr_lkx4hfayno1qzz7up

 

Et à la tienne, Buffy ! 

3 commentaires sur « Le jour où j’ai découvert que je n’étais plus une ado »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s